Dans la mesure où l’on a des choses à dire, écrire pour le web est à la portée de tous. Pour peu que vous respectiez quelques trucs et astuces qui ont fait leur preuve dans la presse “classique”, cela devient (presque) un jeu d’enfant.

Empressons-nous d’oublier le sacro-saint “thèse/anti-thèse/synthése” qui nous a hanté durant toute notre scolarité. Le grand principe général à retenir ici tient en deux mots : « pyramide inversée ». On part de l’essentiel pour aller vers le détail et la complexité en avançant dans le texte.
Ainsi, si vos lecteurs zappent en cours de route ou ne font que survoler la page, ils pourront malgré tout retenir l’essentiel du message.

Autre règle générale bien connu des journalistes pour relater des faits, les « 5W » : Who ? What ? When ? Where ? Why ? Le texte doit au moins répondre à ces 5 questions : Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? Pourquoi ?

 

Un bon titre

Généralement c’est la première chose que l’on voit dans une page. Sur le web, ce titre sera même vu avant d’être sur la page. C’est même peut-être lui qui déclenchera ou pas le clic de l’internaute.
Plus il sera court et mieux ce sera. Idéalement il résumera l’idée principale de la page en allant directement à l’essentiel et de la façon la plus accrocheuse possible.

N’oubliez pas que le titre d’un article ou d’une actualité est susceptible d’être affichée ailleurs que dans le contexte de la page elle-même : sur votre page d’accueil, dans les derniers articles parus, les plus consultés, repris sur un blog ou dans votre flux RSS, sur Twitter, etc . Gardez ce fait à l’esprit pour que le titre reflète le contenu et s’auto-suffise même s’il se retrouve “exporté”.

Tant qu’on y est faisons en sorte que ce titre principal contienne au moins un mot-clef important pour le référencement du site, ça ne fait pas de mal !

Paragraphes, sous-titres…

Si votre texte est un peu long, n’hésitez pas à le scinder en plusieurs paragraphes bien distincts. Si chaque paragraphe présente clairement une seule idée, exposée dès le début, votre texte gagnera en efficacité.
Si nécessaire un sous-titre de niveau inférieur au titre principal de la page  attirera l’œil et allègera la perception visuelle de l’internaute. Là encore, profitez-en pour « placer » des mots-clefs » les moteurs de recherches y sont sensibles.

… et un chapeau par dessus

En termes journalistiques le chapeau est le court texte de résumé qui se trouve au dessus du corps de l’article et qui le “coiffe”.

En quelques phrases attractives, susciterez l’intérêt voire la curiosité de vos lecteurs. L’utilisation du gras sur cette introduction la mettra en valeur naturellement.

La mise en forme

Mettre en exergue les informations particulières permet également d’apporter de la variation dans le rythme et l’aspect de la page. La mise en “… de la variation dans le rythme et l’aspect de la page”forme sous forme de colonnes, l’utilisation de blocs conteneurs, de graphiques etc sera alors un gros plus. Ces variations de mise en page s’avèreront redoutablement efficaces pour mettre en relief les interviews ou citations, les références bibliographiques, les chiffres importants,…

Vous pouvez également avoir recours au gras pour mettre en valeur des mots ou des parties de phrase mais attention l’effet ne sera efficace que s’il est utilisé avec parcimonie.

L’utilisation de blocs de mise en valeur est aussi un sérieux atout.

Pour présenter de manière agréable une série d’items, servez-vous de différents types de listes :

Liste à coches

  • Premier élément
  • Élément numéro 2
  • Troisième item

Liste à flèches

  • Premier élément
  • Élément numéro 2
  • Troisième item

Liste à Numéros

  1. Premier élément
  2. Élément numéro 2
  3. Troisième item
Seule restriction : évitez soigneusement les imbrications intempestives.

Le choix des images

On n’insistera jamais assez sur l’importance de visuels de qualité pour agrémenter ou étayer vos propos. Pour en savoir plus rendez-vous sur cette page : Comment travailler vos images ?

Le style

À moins que ce ne soit votre secteur d’activité, le site web de votre entreprise n’est pas forcément le lieu idéal pour vous laissez aller à de grandioses envolées lyriques alambiquées. Choisissez plutôt des phrases courtes et simples avec un vocabulaire adapté à votre public.

Sauf si vous êtes certains de vous adresser uniquement à de grands spécialistes de votre domaine, utiliser du jargon peut se révéler complètement contreproductif.

Évitez également à tout prix le remplissage. Mieux vaut une page courte mais dense qui sera vite lue : tous les internautes sont des zappeurs dans l’âme.

Les hyperliens

Les liens sont des éléments très importants d’un site web. Il permettent la mise en relation d’une page avec d’autres pages, parties de page ou documents.

Il en existe de 3 sortes :

Les liens externes

Ils pointent vers un autre site que celui en cours.
Généralement, il est recommandé d’ouvrir un lien externe dans un nouvel onglet (ou page) du navigateur afin de ne pas perdre le site d’origine.

Exemple : le site de Google

Les liens internes

Ils renvoient vers un autre page du site en cours de consultation.
Au contraire des précédents, on fera en sorte d’ouvrir un lien interne dans l’onglet en cours pour ne pas multiplier les onglets à outrance.
Les liens internes favorisent le référencement naturel d’un site.

Exemple : Travaillez vos images

Les ancres nommées

Ce sont des liens internes particuliers puisqu’ils amènent l’internaute vers une partie précise d’une page, la plupart du temps à l’intérieur de celle en cours de lecture. Privilégiez les “ancres douces” qui permettent de bouger dans la page sans désorienter le visiteur.

Exemple : Le paragraphe sur les titres

Dans la mesure du possible un nom de lien explicite est préférable pour l’internaute. Une longueur variant entre 2 et 5 mots est idéale.

Le langage HTML vous offre également la possibilité d’ajouter à votre lien un Titre (attribut TITLE) qui s’affichera au survol de la souris. Ce titre est facultatif mais sachez qu’il sera pris en compte par les moteurs de recherche…
Exemple : Survolez ce lien

Méfiez-vous simplement de ne pas disperser votre auditoire en leur proposant un trop grand nombre de liens au sein du contenu de votre page.

Si vous en avez la possibilité, attirez l’attention de vos visiteurs en leur présentant les liens importants sous forme de bouton, c’est plus efficace.

Exemple :

Contactez-nous !

Retour en haut de page

Même s’il vaut mieux éviter les pages longues en réorganisant le contenu sur deux ou trois pages, ce n’est pas toujours possible voire souhaitable.
Dans ce cas, il peut être judicieux de proposer un lien sous forme d’ancre nommée particulière : le retour en haut de page.

Exemple de retour en haut de page :